Un peu d'histoire ...
Histoire de la copropriété Imprimer

Les terres et la forêt domaniale de Meudon se situent sur un plateau à 175m d’altitude, en
bordure de l’ancienne « route royale » de Paris à Versailles.

Dans les années 50, l’emplacement de notre ville était occupé par des terres, des pépinières,
les champs de blé de la grange de Dame Rose (un hôtel Ibis l’a remplacé), une briqueterie, la
ferme de Trivaux …

Meudon la Forêt est né en 1961 avec la résidence « Le Parc » imaginée par l’architecte
Fernand Pouillon. A cette époque on pouvait voir, sur l’actuel grand parking face
à « l’immeuble aux 1000 fenêtres », trois baraquements en bois : une chapelle, un bureau
de poste et un artisan menuisier. Plus tard apparaîtront la résidence du Centre (1963-64) et
celle du Lac (1964-1965) construites par des architectes différents.

Notre résidence, Verrières-Jolimai, réalisée en 1966 par les architectes R. Boulet et C. Herpe
marque donc la fin des travaux et son dernier immeuble édifié est le Symphonic (H1 pour
les experts). Ses immeubles ont été bâtis, comme les autres copropriétés, en pierre de
taille extraite des carrières de Fontvieille qui se situent près des Baux de Provence, non
loin d’Arles. Le Centre Commercial Jolimai et les parkings souterrains ont été inspirés par
les « shopping centers » aux Etats Unis qui avaient influencé R. Boulet.

Lors de la construction de notre résidence, l’axe majeur de l’avenue du Général de Gaulle
s’arrêtait sur un pont qui débouchait en plein champ sans aucun raccordement de l’autre
côté de ce pont…C’est aujourd’hui Vélizy avec sa zone industrielle et commerciale fortement
développée.

Si notre commune semble saturée au niveau des logements, elle est entrée dans une phase
d’adaptation de ses espaces communaux vers des réaménagements collectifs. Après la place
du marché revisitée et dotée de nouveaux équipements (marché couvert, médiathèque,
poste de police…), les projets importants près du gymnase Vignaud et de la pointe de Trivaux
démontrent que l’histoire de notre ville continue de s’écrire.


JP Barranger

Mes remerciements aux mémoires de MM Sabatier et Trinquecostes qui ont permis d’écrire
ce texte.

Livre sur le sujet : Meudon au 20e siècle-Tome 1-Meudon la Forêt Villebon par Jean
Menard-Editions « Le taureau Volant » (disponible à la Médiathèque)